Raphaël Pierre-Bianchetti & l’Aleatico

Raphaël Pierre-Bianchetti, maître sommelier de France #SommelierConteur

Comment es-tu devenu sommelier ?

Je suis dans le vin depuis ma plus tendre enfance, j’ai grandi dans les vignes et à la cave, auprès de ma famille, le Clos Capitoro.

A la suite de mon BTS hôtellerie, je me suis envolé vers Rome, où j’ai commencé ma spécialisation en sommellerie. Je sentais le besoin de me professionnaliser, de structurer tout cet univers du vin dans lequel je baignais depuis toujours. En 2000, j’obtiens le diplôme de l’association italienne des sommeliers. Aujourd’hui, je suis donc un sommelier à double influence, franco-italienne.

Si tu étais un cépage ?

Spontanément, j’en ai trois qui me viennent à l’esprit !

La facilité ce serait de parler du Sciaccarellu. C’est tendance, c’est celui qui répond aux attentes du moment. Il offre des vins délicats, fins, qui peuvent être bus dans des sitUations très diverses. C’est aussi le cépage de ma région, Ajaccio ; de ma famille, Clos Capitoro…

Ensuite, le contexte actuel me ferait parler du Muscat petit grains, ce cépage en crise qui pourrait pourtant être l’emblème de notre île !

Enfin, pour l’originalité je partirai sur l’Aleatico ! Un cépage encore peu connu et peu répandu, mais il commence à entrer dans les cahiers des charges…

Où trouve-t-on l’Aleatico ?

C’est un cépage méditerranéen. Il est notamment très présent sur l’île d’Elbe, en Italie. Il donne un vin rouge liquoreux appelé DOCG Aleatico dell’Elba passito.

En Corse, on le trouve essentiellement dans le nord, à travers le Rappu, un vin doux naturel rouge produit traditionnellement dans le Cap.

La 1ère fois que tu as dégusté de l’Aleatico ?

Je l’ai découvert à travers ce fameux Rappu, au Domaine Pieretti dans le Cap. Puis, je continue de redécouvrir ce cépage au fil des dégustations. Ce qui fait sa richesse, c’est justement qu’il peut être travaillé de façon multiple. Muté, non muté, passerillé ou non, assemblé ou non… Il n’en finit jamais de nous surprendre.

Le Rappu du continent ?

Je le comparerai à des vins de terres voisines, des terres schisteuses, comme Banyuls ou Maury. Des VDN exceptionnels. Eux utilisent le Grenache, nous, l’Aleatico, ce qui nous permet d’avoir un caractère plus local !

L’Aleatico en sec ça existe ?

Je ne connais qu’un seul domaine corse qui produisait un 100% Aleatico sec. Il est sur la plaine, le Domaine du Mont St Jean. Très original, peu de tanins, beaucoup d’arômes !  

Les arômes de l’Aleatico ?

En sec, il sent la rose ! La fleur domine, avec des notes gourmandes de fruits rouges. En VDN, c’est le pruneau qui l’emporte, les fruits secs, les notes confiturées.

Et plutôt muté ou non muté ?

… De préférence non muté. En favorisant une vendange tardive, on obtient plus de concentration naturelle, et donc plus de profondeur aromatique. Un nectar de fruits, incroyablement naturel.

Tu nous cuisines quoi pour aller avec un Rappu ?

Très banal, mais terriblement efficace, une forêt noire ! Sinon, histoire d’innover, je servirai le Rappu avec un boudin noir ! Plutôt que de chercher la sucrosité dans la traditionnelle compote de pommes, on la trouverait dans l’Aleatico.

Pour finir, quelle bouteille vas-tu déboucher après cette rude itw ?

Une Orezza ! Une bonne eau gazeuse, il fait trop chaud !

Non, plus sérieusement, pourquoi pas le vin que j’ai bu hier soir, une bouteille de Jean-Baptiste Arena, Grotte di Sole (avec un beau plateau de fromages). Ou alors un muscat sec. Je pense notamment au Muscat petit grain du Clos Ornasca.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s