Domaine de Torraccia, ce sacré Marc Imbert

C’est en Corse, au sommet de Porto-Vecchio que se trouve le célèbre Domaine de Torraccia ! Alors après avoir arpenté la route serpentée et les petits chemins de terre, nous voilà chez Christian et Marc Imbert, le père et le fils, deux personnages de la viticulture corse.

Le secteur de Porto-Vecchio n’était pourtant pas historiquement une zone viticole de la Corse, contrairement au Cap par exemple, mais c’est sur ces sols granitiques que Christian a décidé de planter ses premières vignes.

DSC02205 (2).JPG

 


Pourquoi tous le vignerons corses me parlent de Christian Imbert ?

Il faut faire un petit retour en arrière, pour mesurer l’importance que Christian Imbert a eu pour les vins Corse.

Christian a été, et est une figure du paysage viticole corse. Revenu du Tchad dans les années 70, il a choisi de poser ses valises sur l’île de beauté. Pas seulement pour profiter de la plage et du soleil, mais surtout pour révolutionner la viticulture corse et quitter cette viticulture industrielle apparue dans les années 60.

En effet, suite à l’indépendance de l’Algérie, en 1962, les rapatriés ont été relocalisés en France, dont une bonne partie en Corse. Ces « pieds noirs » sont arrivés avec une toute autre approche de la viticulture, celle de la production quantitative. On passe d’une production artisanale à une production industrielle, avec  des rendements démesurés, la plantation de cépages précoces (adieu les cépages corse) etc. Il est facile d’imaginer que la qualité des vins corses a progressivement disparue… Jusqu’à l’arrivée d’un certain Christian Imbert !

Pour revenir au vrai métier de vigneron et retrouver les vins de qualité, les vins identitaires, que la Corse savait produire, il s’est battu, notamment pour l’obtention de l’AOC Corse, qu’ils obtiendront en 1976. Dans la même logique, il a été à l’origine de la réintroduction des cépages corses, quand dans les années 70, la mode des vieux cépages des bars à vin urbains n’existait encore pas ! Afin de faire (re)découvrir ces vins Corse au-delà des frontières de l’île, Christian crée l’UVA, une association regroupant les meilleurs vignerons embouteilleurs. La devise « La vigne c’est le vin avant l’argent » & « Restons hommes libres ».

 


Quid  de son fils, Marc Imbert ?

Aujourd’hui c’est Marc, le fils, qui nous reçoit pour nous faire découvrir son petit coin de paradis et les vins qui y naissent. Marc a pris la suite depuis 2008, en apportant la Marc’touch au Domaine de Torraccia.

DSC02184 (2).JPG

C’est sur les assemblages qu’il a travaillé depuis son installation à Torraccia. Il a mis en place toute une recherche des terroirs dans le but d’affiner ses sélections parcellaires et donc ses assemblages.

1. Déguster ses raisins. « Un vigneron quand il apprend son métier, une des choses qu’il essaye de faire c’est de savoir déguster les raisins. Ça prend très longtemps, ça peut prendre 5, 10 ans. Pour cela il ne faut pas juste déguster sur son terroir, il faut aussi goûter ailleurs ».

2. Déguster les presses. « La dégustation des jus est la deuxième étape dans une recherche de terroir. Une cuve représente 12 rangs, donc depuis 10 ans tous les 12 rangs ont été dégustés ».

« Par exemple, je me suis aperçu grâce à cette recherche que les granites pouvaient s’assembler. Mes granits roses apportent la salinité, quand les gris apportent l’amertume. Et d’ailleurs en les assemblant dès la presse, la synergie est beaucoup plus intéressante que si on pressait séparément ».

Oriu blanc est l’aboutissement de ce travail, « J’ai une sélection parcellaire et tout à coup j’ai quelque chose qui fait écho et je crée une combinaison avec d’autres jus que j’ai goûté. C’est un peu comme un jeu de Poker, au lieu de faire une suite on peut faire un flush ».

DSC02163 (2).JPG

 


Le Mur Facebook, de Mark Zuckerberg à Marc Imbert

Lorsqu’on arrive à Torraccia, Marc Imbert nous propose d’aller « voir son mur Facebook ». Au premier abord, on a eu du mal à saisir l’intérêt de montrer son mur Facebook à des visiteurs, mais vu son petit sourire en coin, on se doutait bien qu’il y avait quelque chose d’atypique derrière tout ça… Effectivement on ne s’était pas trompée ! Une fois devant sa maison, on découvre une façade remplit de petits mots en toutes les langues ! On attendait donc plus qu’une chose: publier sur son mur !

DSC02154DSC02155

 


Ce sacré Marc Imbert

Marc Imbert, tout comme son père est un personnage à part entière ! C’est surtout un personnage multicartes:  vigneron, diététicien, photographe, cuisinier, bartender, homme de la nature… Il nous a régalées le temps d’une journée, et on attend qu’une chose, pouvoir y retourner !

 

Marc Imbert, diététicien

« L’ail de bon matin ? Rien de meilleur ! Ça fait maigrir, enfin bon, même si je suis pas le bon exemple c’est sûr« . Alors pour ce premier réveil Corse, on attaque dur, ail + huile d’olive du domaine AOP Oliu di Corsica + pain de campagne. Histoire de se mettre en forme avant la grande découverte de Torraccia.

DSC02271 (2)DSC02174

 

Marc Imbert, bartender

Nous partons déguster au milieu des vignes. Après quelques minutes de marche, nous voilà en condition pour bien déguster les cuvées Domaine de Torraccia. Nous voilà surtout dans le lieu champêtre le plus stylé !

DSC02190.JPG

La Winelist champêtre se compose de deux bouteilles (enfin, initialement trois bouteilles, mais l’une d’entre elle était fermée et Marc avait oublié le tire-bouchon à la cave 😅).

Derrière son tonneau, il nous fait déguster son Domaine de Torraccia Blanc 2017 (100% Vermentinu), suivit de près par le Domaine de Torraccia Rosé (10% Sciacarellu, 50%Niellucciu, 20% Grenache, 10% Cinsault).

DSC02182 (2).JPGDSC02194.JPGDSC02199.JPGDSC02251.JPGDSC02248.JPG

 

Marc Imbert, homme de la nature

Quand le scarabée se pose dans mes cheveux, je dois dire que je perds tout sang-froid ! « Vous avez peur des scarabées ? Ça pique même pas !  Fleurs de bitume !». Alors Marc décide de nous réconcilier avec la nature, alors première étape « prenez du zen, prenez une grande inspiration » et là, démonstration en direct: le scarabée dans la barbe ! 

DSC02204.JPG

 

Marc Imbert, cuistot 

« Je vais essayer de vous faire quelque chose à manger, avec ce qu’il me reste d’à peu près bon ». Résultat en photo ! Comme quoi, bien souvent les bons vignerons sont aussi de bons cuistots ! Pour accompagner cette salade d’été, un super Rosé Oriu, 80% Sciaccarellu et 20% Niellucciu.

DSC02258DSC02277 (2).JPG

 

Et Marc Imbert, photographe !

Marc s’improvise photographe, et nous voilà en shooting photo au milieu du vignoble de Torraccia ! Peut-être la future campagne de pub du domaine ?

IMG_09151 (2).jpg


3 réflexions sur “Domaine de Torraccia, ce sacré Marc Imbert

  1. super ce monsieur imbert👍
    commentaires super intéressants
    je passerai le voir lors d’un prochain séjour sur l’ile de beauté
    … quand à vous 2 sur la photo … vous êtes pétillantes (comme les bulles de champagne) et toute en beauté 🤑
    JJCH

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s